Chroniques de soins énergétiques

November 11, 2019

 

 

Je vous ouvre aujourd'hui une fenêtre pour vous donner un petit - tout petit - aperçu des expériences vécues avec mes consultants.

 

Les soins à distance et les sensations avant soin

 

Une dame me consulte à distance, elle est dans une région éloignée de la mienne. Elle est épuisée car souffre d’insomnies depuis très longtemps. De nature angoissée, le soir, l’anxiété prend le dessus et il devient difficile de s’endormir. Le jour du soin, elle me dit que la nuit qui a précédé, étonnement, elle a très bien dormi, comme cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps, et elle s’est sentie tranquille au moment du coucher. Elle trouve cela surprenant. Je lui explique qu’aussi bizarre que cela puisse paraître, il ne s’agit pas d’une coïncidence mais tout simplement du fait qu’à partir du moment où l’on prend rendez-vous, un processus d’échanges énergétiques s’opère déjà, sans que nous n’en ayons forcément conscience, et le « soin » commence déjà, d’une certaine manière, par cette prise de contact.

 

Je me souviens d’un homme qui, le matin d’un rendez-vous prévu l’après-midi pour des problèmes d’arthrose à une main, me dit au téléphone, au début de notre rendez-vous, tout surpris : « ce matin, lorsque je commençais à me réveiller, ma main chauffait énormément et je sentais beaucoup de fourmillements à l’intérieur ». Le processus avait là aussi commencé d’une façon très tangible. Ce n’est pas toujours aussi visible mais je crois que quelque chose se passe toujours en amont du rendez-vous, dès que l’intention de cet échange est posée du côté du consultant et du mien.

 

Dans le même genre, une de mes consultantes à distance avait pour problème, entre autres, que ses mains étaient tout endormies la nuit. Cela la réveillait. La nuit qui a précédé le jour de son rendez-vous, j’ai ressenti ce symptôme dans mes mains, cela m’a réveillée deux fois. Je savais que c’était lié à ma consultante car cela ne m’arrive jamais. Nous avons eu notre rendez-vous. La nuit suivante, ma consultante n’a pas été réveillée par une gêne au niveau de ses mains.

 

 

Les nerfs sciatiques font des leurs

 

Une dame me consulte à mon cabinet, elle a de très fortes douleurs au nerf sciatique du côté gauche, de la fesse au pied. Bien sûr, pendant le soin, c'est une des zones que je travaille. Elle me dira à la fin que pendant le soin, elle avait senti du froid tout le long de la jambe douloureuse et que cela provoquait un étonnant soulagement. La raison en est que dans les soins énergétiques, on peut apporter des énergies « refroidissantes » pour calmer les inflammations.

 

De nombreuses personnes souffrent du nerf sciatique, il n’est pas rare que mes consultants viennent avec ce problème - parmi d’autres. Les raisons qui sont derrière ce symptôme sont multiples et varient d’une personne à l’autre, et c’est comme cela pour tout problème d’ailleurs, même si parfois des tendances communes peuvent se dessiner. Nous sommes tous uniques et il n'existe pas une cause invariable à un problème donné pour tout le monde. Les résultats varient donc d’une persone à l’autre, selon que les causes sont importantes et ont trait à un besoin de nombreux changements ou qu'elles soient plus légères et rapides à régler. Par exemple, il aura fallu à une de mes consultantes changer totalement de voie pour retrouver la paix dans son corps et notamment au niveau du nerf sciatique. Pour une autre, un soin à distance a suffit à enlever la douleur en totalité.

 

 

Soulagement avec un soin audio non personnalisé

 

A l’occasion du Noël 2018 et d’une autre occasion fin 2018 également, j’ai offert deux soins audio universels – c’est-à-dire qui peuvent être efficaces pour tout le monde - à certains de mes consultants. L’un était consacré au système digestif et l’autre faisait office de rééquilibrage énergétique global. Une de mes consultantes se trouve un jour prise de fortes douleurs depuis les lombaires jusqu’aux cervicales ainsi qu’au nerf sciatique côté droit. Ayant les deux soins audios en sa possession, elle décide de les écouter tous les deux afin de tout tenter pour soulager ses douleurs. Elle me contactera ensuite pour me faire part de son expérience : les douleurs ont beaucoup diminué tout de suite après l’écoute des soins. Elle s’est demandé si l’écoute des soins et cette diminution des douleurs avaient un lien puisque les soins n’étaient pas ciblés sur son problème. Bien évidemment, oui, il y avait un lien : la circulation énergétique dans son corps avait été améliorée. Par ailleurs, le corps est intelligent et le soin vient toujours se placer là où le corps en a le plus besoin, en plus de ce qui est ciblé spécifiquement.

 

Beaucoup de personnes peuvent être sceptiques quant à l’idée que des soins audios, qui plus est non spécifiques à eux, puissent être efficaces, ce que je peux comprendre. Le seul moyen de savoir ce qu'il en est vraiment ? L'expérimenter ! Cette consultante n’avait pas spécialement d’espoir mais ayant reçu ces soins en cadeau, elle ne perdait rien du tout à les essayer. Le mal être peut nous pousser dans nos retranchements ! Elle a bien fait. Elle aura pu constater par elle-même que ce type de soins est une aide concrète et que dans l’énergie il n’y a aucune limite de temps, ou d’espace.

 

 

Vomissements cycliques

 

Une petite fille de 5 ans m’est amenée à mon cabinet par sa maman. Depuis qu’elle a 3 ans, elle souffre de vomissements cycliques. Concrètement, tous les mois, elle a une crise qui se déroule ainsi : réveil en pleine nuit et vomissements toutes les 15 à 20 minutes pendant 3 à 4h. Nous faisons une consultation. 4 mois après le soin, je reçois des nouvelles. Depuis le rendez-vous, la petite a eu une seule crise. Cela représente donc un changement important et ses parents sont très contents. L’observation va devoir continuer pour voir si le problème se maintient résolu dans le temps et la maman doit me recontacter 2 mois plus tard pour un éventuel deuxième rendez-vous s’il s’avérait que tout n’était pas totalement résolu. 4 mois plus tard, je n’ai pas de nouvelles. Pas de nouvelles, bonnes nouvelles !

 

 

Maux de bébés

 

Une mère me contacte car son bébé a de la fièvre depuis 3 jours. Elle était en déplacement et ne sait pas exactement quelle a été la routine précise de la petite avant que la fièvre n’arrive. Le soir, je fais un soin à distance en urgence. Je dis à la maman que la petite semble avoir des troubles digestifs, sur lesquels j'ai travaillé, que la fièvre devrait tomber dans la nuit et que l’équilibre devrait être revenu le lendemain. La maman me confirme que la petite présente des troubles digestifs, elle ne me l’avait pas mentionné avant le soin. Au matin, elle m’écrit pour me dire que la petite n’a plus de fièvre et que son comportement a également changé, tout va bien.

 

Une petite fille de 4 mois fait une grosse poussée de croissance et sa mère, qui l’allaite, se rend compte que l’allaitement ne suffit plus à combler les besoins de sa fille. A regret, elle commence le sevrage car la petite a faim. Mais il y a des émotions au milieu de tout ça, et c’est difficile à vivre pour la maman et le bébé. Elle me demande un petit coup de pouce. Le soin balaie les charges émotionnelles et amène des énergies douces pour les aider à passer ce cap. Dès le soir qui suit le soin, la petite boit un biberon de 180 ml sans souci. Le maximum qu’elle avait réussi à boire jusqu’alors était 110 ml. Les jours qui suivent, elle prend bien le biberon et tout se passe tranquillement. La maman dit que c’est comme si son bébé avait eu un déclic.

 

Ceci est un example, parmi tant d'autres, qu'un soin énergétique, à distance, sans explications spécifiques du pourquoi du comment de ce que j’ai fait intuitivement, aura suffit à rendre un épisode de vie significatif et intense en quelque chose de doux et apaisé. Faut-il rajouter une étude clinique, des concepts scientifiques et 15 diplômes pour valider la qualité de cette expérience ? Pour moi, la réponse est non.

 

 

SOINS ENERGETIQUES INDIVIDUELS, UNIVERSELS, EN PERSONNE, A DISTANCE : QUE PENSER ?

 

Avec les soins énergétiques, on ne risque rien. Le pire qu'il puisse arriver : qu'ils ne soient pas efficaces sur le problème que l'on souhaite résoudre, bien qu'il se passe toujours quelque chose, il ne peut y avoir d'action sans effet. Dans ce cadre sécure, il est donc intéressant de vivre les choses dans notre corps avant de, pour tenter l'expérience, vouloir absolument tout comprendre avec les moyens limités de notre tête. Quand on était bébé, avons-nous demandé des analyses précises de chaque expérience à vivre pour grandir avant de les entamer ? Nous ne le pouvions pas mais nous avons pourtant vécu des apprentissages constants, cela en agissant notamment selon notre instinct, précautionneusement guidés par les adultes qui nous entouraient. Pourquoi les autres expériences de la vie devraient toujours être différentes une fois que l’on a développé nos capacités cognitives et reçu une éducation ? Pourquoi ne pas faire coexister rationalisation et expériences purement intuitives et sensorielles dans nos vies, en fonction de ce que l'on fait ? Ne pas toujours passer par la case "explications" ?

 

Je pense que rester cloisonné dans ce que notre tête ne peut pas conceptualiser, ne nous amène pas à vive des solutions en dehors du cadre déjà établi de solutions qu’on peut espérer. Et aucun progrès ne me semble avoir été fait avec cet état d’esprit. J'espère que ces récits d'expérience permettront à toujours plus de personnes de dépasser les limites de leur scepticisme. Etre sceptique n'est pas un défaut, au contraire, cela doit permettre de faire usage d'un discernement essentiel dans un monde qui nous sert beaucoup de fausseté. Mais cela ne doit pas non plus devenir une prison qui bloque toute action dans l'inconnu.

 

Alors que penser ? Je dirais, à blanc, rien du tout. Après expérience, chacun peut avoir sa vérité propre. Ainsi, la bonne question n'est pas : que penser ? Mais : à la lueur des expériences intéressantes des autres, ai-je envie moi aussi de tenter l'expérience pour me faire ma propre idée ? Et ainsi m'ouvrir à plus de possibles dans ma vie ?

 

Pour conclure, une citation de Bouddha (je ne suis pas bouddhiste mais je ne suis pas sectaire en termes de sagesse) :

 

« Ne crois que ce que tu juges toi-même être vrai après avoir été éprouvé à la flamme de ton expérience. Sois toi-même ton propre flambeau. »

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload