Pourquoi certains guérissent et d'autres non ?

January 12, 2019

On peut déjà se demander : qu’est-ce que la guérison ? Est-ce la libération d’un symptôme ? La fin d’une maladie ?

 

 

 

Je crois que les maux et maladies qui se présentent ne sont que la partie émergée de l’iceberg et que bien souvent, ce qu’il convient de soigner est davantage que leur manifestation.

 

A mon sens, pour qu’il y ait guérison complète et pérenne, au moins tous les éléments suivants doivent être considérés, au-delà du simple corps physique :

 

  • l'émotionnel,

  • le mental / l’inconscient et ses croyances, idées, limitations,

  • les corps subtils (nos différentes couches d’énergie), et nos différents circuits énergétiques, qui contiennent énormément d’informations,

  • nos relations,

  • l’influence de notre environnement, de nos habitudes, et de notre milieu de vie, sur le problème que l’on traite,

  • les enjeux du patient avec / sans la guérison.

 

On peut enlever la douleur de quelqu’un, réaligner son corps, soulager une inflammation, bref guérir l'apparent problème puis tout de même voir les symptômes réapparaître, plus ou moins rapidement. On entendra alors quelqu'un nous raconter qu'un thérapeute lui a permis de se rétablir et deux mois plus tard, dire que ça n'a finalement pas marché.

 

Pourquoi les problèmes reviennent-ils ? Voici quelques explications possibles :

 

  • le problème n’a été traité que partiellement. Il peut y avoir besoin d’une guérison plus profonde que simplement celle des symptômes physiques ou des problèmes tangibles pour que vraie guérison il y ait. Soit il faut faire plusieurs séances pour traiter la problématique dans son intégralité, soit une autre méthode est nécessaire pour compléter le traitement. Bien souvent, la problématique traitée est trop lourde à gérer d’un coup, les symptômes s'apaisent un temps puis le problème revient lorsque le corps est prêt à gérer la suite. Jusqu’à ce que le cœur du problème soit atteint et que la personne puisse intégrer sa résolution de façon complète.

 

  • La mémoire du corps, habituée à la douleur, ou à toute autre forme de problème, la recrée, sous une forme dite fantôme, si ce paramètre n’a pas été pris en compte.

 

  • Une résolution apportée dans l’énergie et avérée physiquement doit toujours être consolidée pour être pérenne. Sinon, on peut dire qu’une guérison « s’inverse ». Un peu comme si vous passiez une couche de peinture sur un mur mais que vous n’en mettiez pas une deuxième couche. Une guérison ou résolution doit être stabilisée. C'est la même chose que lorsque des personnes ayant fait un régime et ayant perdu le poids voulu, se voient conseiller de continuer leurs efforts sécifiques afin de stabiliser leur nouveau poids (le corps et la personne prennent ainsi tranquillement leur nouvelles marques). Et bien c’est la même chose pour d’autres types de changements santé - bien-être.

 

  • Le consultant s’éparpille un peu et mélange plusieurs thérapies qui s’annulent entre elles (cela arrive parfois avec les personnes qui consultent un peu trop de monde à la fois, et comme on dit, trop est l’ennemi de bien).

 

  • Le consultant a un intérêt financier, d’arrêt de travail ou de poursuites en jeu, en lien avec sa problématique. Ou a un intérêt relationnel / émotionnel à garder son problème (pour garder l’attention de quelqu’un par exemple). Il ne veut donc pas vraiment guérir.

 

  • Il y a un déséquilibre sur son lieu de vie, ou dans sa relation avec quelqu’un, qui recrée sans cesse le problème (si cet aspect n’a pas été traité en soin, pour x ou y raison). Dans le cas d’une relation, bien souvent, le consultant va devoir aussi opérer des changements de lui-même pour changer la donne.

 

La guérison implique deux parties : le thérapeute, certes, mais le consultant ne doit pas se vivre receveur passif. Toute personne entreprenant une démarche de soin ferait une erreur en pensant que tout repose entre les mains de son accompagnant. En effet, la guérison vient toujours de l’intérieur. L’intervenant extérieur sera là pour enlever ce qui empêche le corps de procéder à son auto-régulation et pour éventuellement guider le consultant sur des gestes ou actions à poser suite au soin pour renforcer le processus lancé. L'accompagnant peut bien faire son travail à fond, si la personne qui se fait soigner ne s’aide pas elle-même et n’applique pas, par exemple, les conseils et recommandations qui lui sont communiqués (souvent simples par ailleurs), en misant tout sur la consultation seule, les résultats seront probablement partiels.

 

En fait, chacun est, en un sens, son propre guérisseur. Et le « guérisseur » qui est consulté révèle les capacités de guérison de la personne, les dénoue, les met en marche. Le corp est super intelligent, il faut simplement le "rallumer".

 

Même si certaines résolutions peuvent arriver extrêmement rapidement (en une seule séance), il arrive qu’une personne vienne avec une certaine demande et qu’il ne soit pas possible de régler ce problème tout de suite, car pour le régler vraiment, il faut régler beaucoup plus que l'apparent problème. On aimerait toujours,c'est normal, un accès direct à une guérison. C'est possible mais seulement, il faut aussi savoir que parfois, pour qu’il y ait « vraie » guérison, il faut passer par divers chemins : un problème peut être issu de diverses causes à traiter une par une, couche par couche. Sans cela, comme je le disais, certains symptômes peuvent être soulagés quelques heures, jours ou semaines puis revenir, le problème de fond n’étant pas encore entièrement traité.

 

Certaines personnes pourraitent avoir du mal à voir que le travail se fait si le résultat n'est pas instantané, mais, tout comme un problème a la plupart du temps mis des années à se construire, on ne peut pas forcément le déconstruire en une heure ! Vu sous cet angle, est-ce que cela semble si aberrant que le corps puisse avoir besoin de temps ?

C’est comme si vous deviez faire le ménage de printemps d’une maison encombrée de 1001 choses accumulées depuis 20 ans, sans qu’il n’y ait jamais eu de rangement. Est-ce que vous le feriez en un jour ? Certes, cela ne prendra pas 20 ans – et heureusement ! – mais cela ne prendra certainement pas une heure !

 

Il peut aussi y avoir d’abord des changements subtils, qui ne seront pas remarqués si la personne n’est pas attentive à ce qu’il se passe - être attentif fait partie de l'engagement dans le processus de guérison. Mais bien souvent, il y a des changements qui sont tout sauf subtils, et la personne ne les relève pas !

Il m’est arrivé plusieurs fois, en suivi avec mes clients, de leur demander : « Alors, comment ça va depuis notre rendez-vous ? » et d’entendre en retour « Oh, bah, ça va... Pas trop de différences... » Mais bien sûr, je reprenais ensuite la liste des problématiques abordées, et en nommant les choses une par une, il s’avérait que le « pas trop de différences » (perception globale de la personne sur sa situation) était en fait beaucoup de résultats !

Q : « Et vos maux de tête ? » : « Ah, ça, je n’en ai plus ! ». Q : « Et votre sommeil ? ». : « C’est vrai que je dors super bien ! » : « Et les douleurs au pied ? » R : « Elles ont disparu. »

 

Hum, hum… Mais alors qu’est-ce que cela veut dire ? Quand tout va bien, parfois, on ne remarque rien ! Mais quand quelque chose ne va pas, on focalise dessus ! Ne pas bien observer et conscientiser ses progrès peut altérer une partie des résultats. Notre façon de penser, de réagir, d’observer, influence notre bien-être de façon significative.

 

Pour finir, je vous laisse avec un peu de lecture permettant d'approfondir la question.

 

Voici un extrait de ce que dit Lise Bourbeau, auteure connue du livre "Ecoute ton corps", dans son article « Pourquoi les gens ont de la difficulté à guérir », sur son site www.ecoutetoncorps.com :

 

« J'ai pu observer les causes principales citées ci-dessous chez des milliers de personnes et elles s’appliquent à toute forme de problème, qu'il soit physique ou autre. 

 

  • Ne pas croire qu’on a le pouvoir de se guérir, ni que c’est ce qui se passe au plus profond de nous qui a tout d’abord créé le problème. Il a effectivement été prouvé en physique quantique que les cellules se transforment dans notre corps en fonction de notre volonté, de notre intention. Hélas, la plupart des gens ne sont pas conscients de leur intention profonde qui est souvent très différente de ce qu’ils disent ou pensent.

 

  • Refuser de voir que tout incident et toute personne désagréable représentent des messages ou des défis pour nous aider dans notre plan de vie. C’est donc refuser de prendre sa responsabilité en croyant que la cause de notre maladie ou notre malheur est à l’extérieur de nous.

 

  • Continuer à jouer le rôle de victime en croyant que nous ne sommes pas chanceux. Cette énergie de victime donne une fausse illusion de pouvoir sur les autres. Les victimes utilisent leur entourage. Ils recherchent leur pitié ou leur aide pour être encouragés et soutenus. Hélas, cela n’arrange rien et ne fait aucune différence à leur situation. Au contraire, cette attitude ne fait que l’entretenir et même l'aggraver. Elle indique que nous continuons à entretenir le passé, donc le problème.
     

  • Croire qu'on ne peut rien faire ou ne pas savoir quoi faire. Par exemple, croire que parce qu'un médecin dit qu'on a une maladie incurable, on doit la subir le reste de nos jours. Il s'agit de réaliser que cela veut juste dire que la médecine n'a pas encore trouvé de remède, c’est tout. Cette raison n’est même plus valable, car nous vivons à une époque de grande évolution de connaissance et de conscience. Nous avons à notre portée de l’aide sous toutes les formes.
     

  • Avoir peur du changement est une cause très importante de problèmes. Beaucoup de gens restent dans une situation difficile, plutôt que de changer d'attitude, en pensant qu'ils sont plus en sécurité dans ce qu'ils connaissent. Ils se disent qu’il y a pire aussi et qu’en changeant, ils s’attireraient peut-être quelque chose de plus difficile. Voilà l’emprise de leur ego qui ne peut tolérer aucun changement. Ces gens vont souvent dire qu’il n’y a rien à faire, que c’est leur destinée et qu’ils ne peuvent la changer.
     

  • Le manque d’amour de soi est la raison principale. C’est l'amour qui nous aide à reprendre contact avec notre grande puissance intérieure, à avoir ainsi une intention ferme qui a le pouvoir de transformer nos cellules. Aussitôt que vous souffrez dans votre corps ou dans vos relations, souvenez-vous que c’est votre âme qui crie Au secours et vous dit de vous aimer davantage. »

 

Voici également un texte de Maria de los Angeles Rodeiro (femme médecin), tiré de  « L’ Alchimiste de l Éveil ».

 

"POURQUOI LES GENS NE GUÉRISSENT PAS ?

 

Parce que la guérison est très désagréable !

Les obstacles à la guérison comprennent le fait d’abandonner de vivre dans le passé, de cesser d’être une victime et la peur du changement.

Diriger notre pensée et notre énergie sur notre passé se fait au détriment de nos cellules et de nos organes qui ont besoin d’énergie pour fonctionner et guérir.
La guérison exige de vivre dans le présent et de récupérer l’énergie piégée dans nos traumatismes et dans nos blessures.

La seule raison de nourrir et de garder le passé vivant, c’est l’amertume de ce qui s’est passé.
Refuser de pardonner à un évènement ou à une personne du passé produit des fuites d’énergie. Le pardon guérit les fuites.
Le pardon n’a rien à voir avec le fait de ne pas responsabiliser les autres pour les blessures qu’ils ont causées.

Quand nous arrivons à voir un évènement douloureux de notre vie comme un message ou un défi plutôt que comme une trahison personnelle, l’énergie de vie liée à cet évènement reflue vers les circuits énergétiques de notre corps physique.

Les gens ne guérissent pas parce qu’ils ne se sont pas libérés de l’illusion d’être une victime.

La guérison exige souvent des changements de mode de vie, d’environnement et de relations.
En cela, le changement peut être effrayant !

Il est facile de rester dans un circuit d’attente, en affirmant que l’on ne sait pas quoi faire, alors que c’est rarement vrai.
En fait, lorsque nous restons dans un circuit d’attente et que nous savons exactement ce qu’il faut faire, c’est que nous sommes terrifiés par le fait d’agir en conséquence.

Le changement est effrayant, et le temps d’attente donne un sentiment de sécurité, alors que la seule façon d’acquérir véritablement ce sentiment de sécurité est d’entrer dans le tourbillon des changements et de se sentir vivant à nouveau.

La guérison nécessite une action : manger correctement, l’exercice quotidien, penser autrement, … produisent des changements sains dans le physique.

Relâcher le passé, laisser tomber les emplois stressants ou les relations inappropriées sont des actions qui libèrent l’énergie du corps.
Ce qui améliore l’une améliore l’autre, la puissance physique et l’Énergie sont intimement liées."

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload